Balade à la distillerie Northmaen

Whisky Français, French Whisky, Northmaen, Single Malt, Single Barrel, Normandie, La Chapelle-Saint-Ouen, Thor Boyo, Fafnir, Sleipnir, brut de fût, exploitation agricole, malt

Arrivée vers la ferme-brasserie/distillerie.

Seule et unique distillerie à produire du en Normandie, la ferme-brasserie/distillerie de la chapelle, alias Northmaen, nous ouvre ses portes pour une visite de ses installations, récit :

Après quelques kilomètres de route, entre pluie et soleil, nous sommes arrivés dans une ferme typiquement normande. Léo, le patron de la distillerie, nous accueille alors chaleureusement. Le personnage, joyeux, distille de-ci de-là quelques blagues, nous parle de son attrait pour les jeux de mots et de sa prochaine bière qui sera fumée et qu’il appellera “Jeanne d’arc !” Pas de doute, nous sommes bien en présence de celui qui a nommé son whisky “Thor Boyo” !

L’exploitation est profondément ancrée dans son terroir. En effet, la ferme-brasserie/distillerie sème et récolte sur ses terres  l’intégralité de l’orge utilisée dans la fabrication de ses bières et whiskies! Pour cela, 35ha jadis laissés en jachère sont exploités. Seule l’activité “maltage” est externalisée (Stabroek). Ses whiskys sont tout ce qu’il y a de plus authentique.

Passage vers le chai humide.

Comme pour illustrer la joyeuse légèreté régnant ici, la visite commence par la fin : les chais!

Chai sec #1.

Le premier que nous visitons est une ancienne cave à fromage particulièrement humide. Ici sont entreposés une trentaine d’ex-fûts de vin de Bordeaux contenant les futurs Thor boyo et/ou Sleipnir. Le plafond du chai est parsemé de moisissures blanches, héritage des fromages qui y étaient autrefois entreposés. L’alcool, en s’évaporant, vient nourrir à son tour des champignons noirs (les fameuses torulas compniacensis). Ces deux types de moisissures, blanches et noires, refusent cependant de cohabiter. Elles préfèrent mourir toutes les deux que de vivre côte à côte ! Une tragédie fongique riche d’enseignements !

Le second chai est nettement plus sec, il abrite également les futurs Thor Boyo. Ces embouteillages n’offriront pas la même palette aromatique que ceux provenant du chai humide, ce qui ne semble pas déranger Léo qui nous rappelle que “deux bouteilles étiquetées de la même façon et qui n’ont pas le même goût, c’est aussi ça le whisky artisanal !”

Le futur chai sec en pleine construction!

Dans ce chai d’une contenance d’environ 200 fûts, il y a également des Fáfnir en devenir, ce fameux malt fumé au bois de hêtre de Northmaen qui tient son nom d’un Dragon de la mythologique nordique (plus d’infos ici). Au fond du Chai, un futur whisky, dont le nom reste à trouver, sommeille dans des barriques d’Acacia ayant préalablement contenue du Sauternes.
Grâce à un marché du whisky en plein essor, et à une demande allant jusqu’au pays du soleil levant, Northmaen à prévu de s’agrandir! Un troisième chai d’une contenance de 1300 fûts de 220L est actuellement en construction. Il permettra à Northmaen de boxer dans la catégorie supérieure ! Nous noterons le travail remarquable de la distillerie dans cet exercice, celle-ci mobilisant ses propres effectifs dans l’achèvement de l’édifice. C’est aussi ça le “fait maison” 😀
Nous passons ensuite par le hangar où l’orge récoltée en Juillet/Août est généralement stockée pour la période de dormance (3 mois).

Gamelle de malt fortement torréfié observable dans les greniers de la brasserie-distillerie.

Dans le chai, nous découvrons les différents types de malts utilisés par la brasserie-distillerie. L’orge malté classique donnera naissance aux Thor Boyo et Sleipnirpendant que l’orge fumée au bois de hêtre produira le dragon Fáfnir (et Jeanne d’arc, si vous suivez!). Nous découvrons à ce moment une orge très torréfiée utilisée dans la confection de la Stout… L’occasion pour Léo de nous raconter une anecdote. La stout trouverait son origine dans un incendie survenu à Londres au XVIIe siècle. L’orge carbonisée aurait tout de même été brassée donnant naissance à la fameuse bière noire. Il s’agit probablement d’une légende mais qui sait, il y a une part de vérité derrière toute histoire!

Revenons en a notre visite ! Le malt observé sert donc de base à la confection du whisky. L’origine du whisky Northmaen remonte à une bière pas assez mousseuse. Aujourd’hui, le whisky constitue une activité à part entière avec une partie de l’orge maltée qui lui est strictement réservée !

L’alambic, un Armagnacais un peu particulier fonctionnant à la vapeur, crache une eau-de-vie à 62 degrés qui sera ensuite enfûtée et placée dans les chais ! Nous voilà de retour au début de la visite !

L’alambic de type Armagnacais de Northmaen.

Après un petit arrêt au bar de la distillerie où nous dégustons Fáfnir et Thor Boyo (cliquez sur les liens pour découvrir les notes de dégustation) nous évoquons les célébrations à venir des 20 ans de Northmaen. Vient alors le temps des salutations… C’est la besace pleine de whisky et l’esprit tourné vers le Valhalla que nous nous en allons!

L’autel/bar Northmaen.

– – !! Goodies !! —

On ne pouvait se quitter sans mentionner le charme de cette annexe abritant le puit de chez Northmaen! D’une profondeur de 60m (40m jusqu’au niveau de l’eau), il est approvisionné par les eaux de pluie (servant à la réduction du whisky après déminéralisation). Quelle divinité ou être mystique attend d’y être découvert?

L’annexe abritant le puit.
Le Puit Northmaen.