On a testé: l’Accord Whisky / Bière (Part. 2)

Suite de la dégustation consacrée aux accords Whisky – Bière dans le cadre de la semaine de la bière à Paris. On rejoint Le Super Coin pour un évènement organisé en collaboration avec la Brasserie du Mont Salève.

  • Accord #3 – Fumé et Malté
Whisky Overaged – Michel Couvreur. Single Malt vieilli (et non produit!) en France, 43%. Assemblage de whiskies vieillis 12 ans en ex-fût de Xérès.
Bière Tzarine – Brasserie du Mont Salève. Bière noire maltée (Imperial Stout), 9°.
On a aimé La complémentarité des arômes! Les notes de cacao et café de la Tzarine s’accordent à merveille avec celles de cuir et de fumée du whisky. Le malt grillé finit de compléter une riche palette aromatique!

L’ambivalence crée par l’amertume de la bière et la douceur évoquée par les notes de vanille du whisky.

On a mois aimé La bière prend rapidement le dessus sur le whisky. On aimerait en goûter davantage mais ce serait “noyer” ce dernier!
Auchentoshan 3 Wood – Tourbée Bière Brune
Overaged Michel Couvreur – Tzarine

 

  •  Accord #4 Bois et Tourbe
Whisky Auchentoshan Three Wood – Auchentoshan. Single Malt, Écosse. Vieilli en fûts de Bourbon, Oloroso et Pedro Ximenez.
Bière Tourbée, Brasserie du Mont Salève. Bière brune, 5,5°.
On a aimé Assembler les deux en bouche! Des notes de noix de macadamia et vanille apparaissent et canalysent l’intensité des arômes de torréfaction. Cette association m’évoque les arômes et textures qui émanent de l’alliance d’un Bourbon avec du Cola. C’est riche, boisé et gourmand (tant de part la palette aromatique que de par la texture) avec une longue finale!

Le fumé de la bière rappelle celui d’un whisky des Islay. Des notes de poisson grillé en émanent: “dingue!” 😀

S’il y avait une synthèse à produire, je dirais que l’intérêt de cet exercice gustatif tient dans l’ambivalence provoquée par l’association de saveurs avec des structures inattendues.

Au nez, le mélange bière-whisky nous offre une palette aromatique aussi complémentaire que surprenante de complexité. Les arômes ne sont certes pas exprimés avec autant d’élégance que pris l’un séparément de l’autre, mais ils offrent une diversité et richesse inattendues!

En bouche, la texture effervescente de la bière relève les arômes du whisky et trouble nos sens: “a t’on affaire à une bière d’une profondeur inouïe ou à un assemblage de whisky/brassin?” Tout un programme!

Nous, en tout cas, on s’est régalé! 😀 Hâte de déguster des bières élevées en fût de whisky… Ou l’inverse! Et puisque bière et whisky ont des ancêtres communs: à quand remet on la prochaine réunion familiale?

Santé!